Clinatec relève un nouveau défi et donne des moyens à la recherche

L’approche de « don jumelé » a permis au Fonds de dotation Clinatec de lever 10 millions d’euros, un niveau exceptionnel en France à ce jour.

Madame Lily Safra, Présidente de la Fondation Edmond J. Safra, avait annoncé en octobre 2015 que pour chaque don versé au Fonds de dotation Clinatec d’ici le 30 juin 2016, la Fondation abondait à hauteur de 5 millions d’euros. Ce défi a été relevé grâce au Comité de Campagne de Clinatec, présidé par Monsieur Alain Mérieux et à ses mécènes.

« Ce challenge, a démultiplié notre collecte de fonds. Le don jumelé, s’il est courant dans le mécénat nord-américain, est encore rare en France » signale Thierry Bosc, Directeur de campagne, « nous sommes d’autant plus fiers d’avoir réussi cette aventure ».

« Je tiens à remercier les membres du Comité de Campagne qui, par leur générosité et leur engagement, ont contribué à la réussite d’une levée de fonds dont les enjeux sont déterminants pour les patients et la médecine de demain », précise Alain Mérieux, Président du Comité de Campagne de Clinatec.

Grâce à la mobilisation des mécènes, 5 millions d’euros ont été rassemblés en 6 mois : avec des dons majeurs de Altran, ARaymond, Assystem, bioMérieux, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, Fondation Arts et Métiers, Fondation de l’Avenir, Fondation de la Chimie, Fondation EDF, Michael J Fox Foundation, France Parkinson, le Gefluc, Klesia, le Rotary, les Laboratoires Servier, et également de nombreux dons personnels privés,  contribuant à la réussite de ce don jumelé.

Clinatec lutte contre les maladies neurodégénératives, le handicap moteur et le cancer

 « Notre objectif est d’apporter plus vite les innovations technologiques au lit du patient, et l’extraordinaire soutien de la Fondation Edmond J. Safra et de sa présidente Madame Lily Safra nous engage à aller plus vite et plus loin  » souligne le Professeur Alim Louis Benabid, Président et co-fondateur de Clinatec avec Jean Therme.

Clinatec, centre de recherche à la pointe de l’innovation, travaille aujourd’hui sur la médecine de demain. Une rencontre unique entre la recherche médicale et la technologie, pour améliorer la santé de tous. Il réunit dans un même bâtiment, des laboratoires de recherche, un secteur hospitalier doté d’un bloc opératoire, et une équipe pluridisciplinaire d’une centaine de médecins, chercheurs, biologistes, scientifiques issus du CEA, de l’Inserm, du CHU et de l’Université Grenoble Alpes. Cette rencontre entre la technologie de pointe et la médecine est à l’origine d’innovations de rupture.

 

2016 a été une année de consolidation scientifique qui devrait permettre des avancées cliniques importantes en 2017 :

  • Le projet BCI (Brain-Computer Interface), qui est destiné à donner de la mobilité aux personnes tétraplégiques grâce à un exosquelette. Un implant capte les signaux électriques du cerveau et un ordinateur embarqué, les décode et les retranscrit à un exosquelette. Ce projet a débuté, un premier patient a reçu un implant et les analyses sont en cours. Un deuxième patient devrait recevoir un implant courant 2017 afin de démontrer la faisabilité du pilotage d’un exosquelette permettant une grande liberté de mouvements.
  • Le projet NIR (Near InfraRed), qui a pour but de valider l’effet sur l’évolution de la maladie de Parkinson, de la mise en place intra crânienne d’une sonde capable d’émettre une lumière infrarouge, développée par Clinatec. Cette illumination à effet neuro-protecteur sur les neurones déjà malades devrait permettre de ralentir l’évolution de la maladie. Les premiers travaux expérimentaux ont été réalisés à Clinatec et ont été publiés dans un grand journal scientifique nord-américain (Annals of neurology). Un essai clinique visant à confirmer ces résultats positifs expérimentaux sera lancé en 2017 et représente un premier pas vers le traitement curatif de la maladie de Parkinson.
  • Le projet Epicool, a été récemment initié à Clinatec. Il a pour objectif de développer un système de refroidissement implanté au niveau cérébral, et permettant de bloquer les crises d’épilepsie. Les chercheurs s’intéressent en effet de près à cette technique, le froid étant connu pour bloquer de façon réversible l’activité des neurones. Des travaux expérimentaux et un développement technologique vont ainsi débuter en 2017. Un essai clinique est prévu à l’horizon 2020-2022.
  • Enfin, Clinatec est partenaire du CHU de Grenoble pour un essai clinique, Essai Equoloc, chez les patients souffrant de Troubles Obsessionnels Compulsifs pharmaco-résistants et qui seront traités par stimulation cérébrale profonde. L’accès à Clinatec permettra aussi une étude du dysfonctionnement de l’activité cérébrale qui peut survenir chez ces patients TOCs en utilisant des outils d’imagerie uniques (la Magnétoencéphalographie notamment). Cet essai européen réunissant l’Allemagne, la France, Israël, l’Italie, la Suède et la Suisse a débuté, avec comme investigateurs principaux des psychiatres et neurochirurgiens grenoblois, experts dans ce domaine.

Communiqué de Presse