Stéphane Pezzani, cadre de santé responsable des essais cliniques, répond à vos questions

P1010218

À Clinatec, comment se passe la première rencontre avec un patient entrant dans un essai clinique?

Chaque année nous recevons des patients volontaires, qui répondent à des critères de sélection rigoureux, pour participer à des essais cliniques. Ces patients sont pris en charge individuellement par une équipe pluridisciplinaire qui dispose du temps et des ressources (humaines et technologiques) pour garantir une prise en charge sécurisée  tout au long du parcours. Pour ces patients la première rencontre c’est avant tout la création d’une relation de confiance avec l’équipe soignante, le temps n’est pas compté, cette rencontre peut durer plusieurs heures. La notion de partenariat prend sens.  Le patient visite Clinatec et rencontre les différents soignants et médecins. C’est une occasion cruciale pour informer le patient et son entourage sur les détails des procédures de l’essai.

Après la première rencontre, quelles sont les autres étapes de prise en charge du patient ?

Le parcours diffère légèrement selon la thématique de l’essai clinique, pour mieux l’illustrer je peux vous parler du protocole visant à arrêter les troubles obsessionnels compulsifs (les TOC), qui est actuellement en cours à Clinatec. L’essai clinique consiste en une implantation chirurgicale de deux électrodes intracérébrales afin de stimuler une cible définie.

Dans ce protocole, lors du deuxième rendez-vous, les chercheurs vont enregistrer l’activité cérébrale du patient en magnétoencéphalographie (une technique d’imagerie médicale non invasive et très précise) en stimulant le patient avec des images sensées engendrer les déclenchements de TOC . Cette journée est éprouvante au niveau psychique et émotionnel car cet enregistrement nécessite beaucoup d’attention de la part du patient.

Lors des rencontres suivantes toute l’équipe soignante se réunie pour organiser l’intervention chirurgicale. Nous avons besoin de 3 à 6 mois pour mettre au point une première intervention. Le jour J, le Professeur Chabardes (neurochirurgien) place les électrodes intracérébrales chez le patient. Le suivi post chirurgical consistera à évaluer les effets de la stimulation intracérébrale et l’impact sur la survenue des troubles.

Comment accompagnez-vous les patients dans cette démarche ?

De façon générale les essais cliniques sont éprouvants au niveau émotionnel pour les patients car ils demandent beaucoup d’investissement personnel sur une longue période. Tout au long des essais cliniques les patients sont donc suivis au niveau médical comme psychologique par les équipes des services de neurochirurgie et de psychiatrie du CHU. À Clinatec toute l’équipe en charge des essais clinique est particulièrement attentive à leur bien-être, nous créons une relation de confiance en les accompagnants à chaque étape et en leur offrant toujours une écoute attentive.